Congrès & Expositions de Bordeaux vous informe

Acteur responsable au service des rencontres, nous suivons avec une attention particulière l’évolution de la propagation du Coronavirus COVID-19 et nous efforcerons de vous informer régulièrement à travers nos réseaux sociaux. Pour autant, l'épidémie de COVID-19 qui sévit nous contraint à faire évoluer nos process pour garantir le respect des consignes sanitaires en vigueur actuellement. Dans ce contexte, nous vous invitons à privilégier l’envoi de message à cette adresse email : m.bouvier@bordeaux-expo.com. Nos équipes pourront ainsi en prendre connaissance et vous apporter une réponse dans les meilleurs délais. Face à cette situation exceptionnelle, nos équipes restent à votre disposition et s’attachent au quotidien à tout mettre en œuvre pour vous assurer des événements de qualité.

Fermer

Attention aux chutes de hauteur !

Le Saviez-vous ? Les chutes de hauteur sont la première cause d'accidents du travail graves et mortels dans le secteur du bâtiment et des travaux publics. C'est pourquoi l'OPPBTP (Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics) souhaite sensibiliser les entreprises et leurs salariés.

Pendant quatre ans, l'OPPBTP a donc mené une campagne de sensibilisation , en collaboration avec l'INRS (Institut national de recherche et de sécurité), la CNAM (Assurance maladie-risques professionnels), le ministère du Travail, la MSA (Mutualité sociale agricole) et le CNRACL (Caisse nationale des retraites des agents de collectivités locales), auprès des secteurs d'activités accidentogènes spécialisés couverture-bardage, charpente, maçonnerie gros-œuvre, et constructions métalliques dans les entreprises de 20 à 49 salariés.

« Au total, on a contacté 1 765 entreprises et on a mené 5 400 actions de prévention auprès de 1 150 entreprises, explique Yannick Gervais, chef de projets opérationnels à la direction des opérations à l'OPPBTP. 5 800 stagiaires ont été formés sur les chutes de hauteur et 1 145 réunions d'information ont regroupé 13 000 participants. »

Mettre en place un système de prévention

L'an dernier, l'OPPBTP a décidé de prolonger son action et d'étendre sa campagne à deux nouveaux métiers, accidentogènes également : les charpentiers et/ou couvreurs dans les entreprises de 10 à 19 salariés et les peintres vitriers, qui interviennent sur les façades, dans les entreprises qui comptent plus de 20 salariés.

« Nous réalisons un diagnostic qui nous permet de leur proposer des actions à mettre en œuvre et de les accompagner. On est là pour les aider à monter en compétence dans la gestion de la prévention et à mettre en place un système de management de la prévention », ajoute Yannick Gervais.

Préférez des protections collectives

Achat d'une nacelle, d'un échafaudage... « Aujourd'hui, la Carsat (Caisse d'assurance retraite et de la santé au travail) a mis en place des subventions pour aider les entreprises à acheter du matériel. Car avoir du matériel en adéquation avec son métier, c'est la base », insiste Yannick Gervais.

Quand il s'agit de sécurité, pas de petites économies. « Quand on investit dans un échafaudage par exemple, il faut voir aussi ce qu'on gagne, en temps par exemple. C'est aussi de la prévention », souligne le chef de projets opérationnels à l'OPPBTP.

L'OPPBTP encourage en premier lieu les entreprises à se doter de protections collectives, comme les échafaudages et les garde-corps. Si ce n'est pas possible, des protections individuelles de type harnais. Mais dans tous les cas, une chose est sûre : les salariés doivent être formés, informé et sensibilisés pour éviter le déni du risque.

« Il faut que tout le monde y mette du sien. C'est à tous les niveaux de l'entreprise que cela se joue, y compris jusqu'au client qui doit comprendre que la sécurité est incontournable », rappelle Yannick Gervais.

Enfin, un chantier, ça se prépare ! « La phase de préparation est essentielle pour la sécurité. Il faut vérifier le matériel, faire le point sur ce dont on a besoin pour le chantier », précise Yannick Gervais.

Il ne suffit que d'une fois... 

Petit rappel mais pas des moindres : la hauteur ne joue pas forcément sur la gravité de l'accident. « Cela dépend comment et sur quoi vous tombez, ce qu'il y a autour et que vous risquez de heurter, met en garde Yannick Gervais. Ce n'est pas une question de fréquence. Il suffit d'une fois, quel que soit la hauteur. C'est la définition même de l'accident. » 

Vous avez des interrogations ? Retrouvez les membres de l'OPPBTP à Aquibat hall 1 allée D travée 2 stand 0202 ou consultez les sites Internet :  Prévention btp et Chute de hauteur