Congrès & Expositions de Bordeaux vous informe

Acteur responsable au service des rencontres, nous suivons avec une attention particulière l’évolution de la propagation du Coronavirus COVID-19 et nous efforcerons de vous informer régulièrement à travers nos réseaux sociaux. Pour autant, l'épidémie de COVID-19 qui sévit nous contraint à faire évoluer nos process pour garantir le respect des consignes sanitaires en vigueur actuellement. Dans ce contexte, nous vous invitons à privilégier l’envoi de message à cette adresse email : m.bouvier@bordeaux-expo.com. Nos équipes pourront ainsi en prendre connaissance et vous apporter une réponse dans les meilleurs délais. Face à cette situation exceptionnelle, nos équipes restent à votre disposition et s’attachent au quotidien à tout mettre en œuvre pour vous assurer des événements de qualité.

Fermer

Déchets : anticiper pour mieux valoriser et économiser

Nous voici en 2020. On ne peut désormais plus reculer. Cette année, c'est la dernière ligne droite pour se rapprocher au mieux des objectifs de la loi de transition énergétique de 2015 qui fixait un cap à atteindre d'ici 2020.

Objectif : anticiper, trier ses déchets et mieux valoriser ses ressources sur les chantiers du BTP.

227 millions de tonnes de déchets par an

Cette année, les entreprises du secteur du BTP devront recycler 70 % de leurs déchets produits sur les chantiers, contre les 50 % actuellement.

Une obligation loin d'être anodine. Sachez que le BTP génère 227 millions de tonnes de déchets par an (précisément, 190 millions de tonnes pour les travaux publics et 37 millions de tonnes pour le  bâtiment). Ce qui en fait le premier secteur d'activité générateur de déchets.

Amorcer le cycle vertueux du recyclage

La maîtrise d'ouvrages publics – l'État et les collectivités – doit notamment faire progresser de 50 % à 60 % son utilisation de matériaux recyclés cette année concernant les chantiers routiers.

Le nombre d'installations d’éliminations des déchets étant en baisse, il va falloir être davantage performant quant au tri de ses déchets. Notamment pour économiser de l'argent.

« Comptez de 3 à 20 euros la tonne pour les déchets inertes, qui n'a pas d'impact sur l'environnement, contre 80 à 150 euros la tonne pour les déchets non dangereux, comme certains isolants, les déchets en mélange… », explique Edouard Cazamajour, expert en environnement d'Aménité, qui accompagne les entreprises dans les changements liés au climat.

Le Diagnostic ressources

Sur les 37 millions de tonnes de déchets produits par le secteur du bâtiment, sachez que 80 % proviennent de la démolition, contre 20 % pour la construction. L'enjeu est donc d'identifier les matériaux qui peuvent être réutilisés. « Il faut privilégier le réemploi, insiste Edouard Cazamajour. Une fenêtre, par exemple, ne peut-elle pas être utilisée comme une serre dans un jardin partagé ? »

Le Diagnostic déchets avant démolition est donc devenu le Diagnostic ressources pour vous informer de ce qui est disponible comme matières dans ce qui s'apprête à être démoli. Une fois ces informations obtenues, vous pourrez les mettre en ligne sur des sites Internet de marketplace comme Cycle Up ou Backacia, plateforme de mise en relation entre vendeurs et acheteurs, à destination des personne à la recherche de matériaux.

Le groupe Suez propose également une solution digitale, BatiRIM, pour promouvoir une démarche d'économie circulaire sur un chantier de déconstruction. À travers un audit et des diagnostics, BatiRIM accompagne le maître d'ouvrage, organise et planifie la déconstruction sélective et la dépose, et sécurise le réemploi.

Valoriser les déchets inertes

Enfin, la plateforme Hesus met en relation les chantiers entre eux pour gérer au mieux les déchets inertes, comme la terre, les cailloux... Ceux-ci représentent 90 % du gisement sur les 237 millions de tonnes de déchets. « En 2018, 1 298 000 tonnes de déchets inertes ont été valorisées via cette solution », précise Edouard Cazamajour.

Alors votre défi cette année, si vous l'acceptez, c'est de revaloriser plutôt que de démolir.

Pour en savoir plus, n'hésitez pas à vous rendre dans notre espace Pitch des experts. Des organismes référents de la filière pourront répondre à vos questions.