Fermer

Isolant : osez le naturel

Depuis 35 ans l’entreprise allemande STEICO propose son isolant naturel. Bien développé en Allemagne, le marché commence tout juste à s’ouvrir en France.

Cela fait 35 ans qu’en Allemagne, STEICO prospère

À la télé, des spots publicitaires ventent un isolant naturel plus efficace que les isolants traditionnels. « Et ça c’est seulement en Allemagne, précise Jean-Claude Pouret, commercial pour l’entreprise depuis dix ans. En France, le marché s’est réveillé il y a une dizaine d’années, au moment où STEICO est arrivé. On essaye de se faire connaître mais pour l’instant c’est plutôt compliqué de communiquer. Ce n’est pas du tout naturel de penser aux isolants naturels en France ». Pas encore tout du moins. 

À peine 2% de part de marché

Chez STEICO, on fabrique donc des isolants naturels. Au pin sylvestre ou maritime, explique Jean-Claude. C’est une ressource rapidement renouvelable puisqu’elle repousse particulièrement vite ». L’entreprise allemande dispose par ailleurs des labels PEFC et FFC, reconnus pour garantir la reforestation une fois que des arbres ont été coupés. Dans ce cas de figure, pour chaque arbre coupé, STEICO s’engage à en replanter un. L’entreprise a notamment un site de production à Casteljaloux autour duquel elle s’approvisionne dans un rayon de 40 km.

Reste que l’isolant naturel est très peu présent sur le territoire national. « C’est moins de 2% de part de marché. Et encore, depuis dix ans, chaque année, on connaît une croissance à deux chiffres ». En ce qui concerne l’activité de STEICO, elle possède 60% de part de marché dans les isolants naturels. Pour Jean-Claude, si « les lobbys » sont en partie responsables de leurs difficultés, les habitues des consommateurs leur mènent également la vie dure : « les références en terme d’isolant, dans le sens où ce sont les produits les plus vendus, ce sont la laine de verre et la laine de roche. Les gens ne se posent presque plus la question ».

Pas le moins cher, mais le meilleur

« La fibre de bois est le matériau qui a le plus de propriété au niveau de l’isolation », affirme Jean-Claude. Plus cher que ces concurrents de verre ou de roche, la fibre de bois serait plus efficace pour préserver la température d’une maison et faire des économies d’énergie. « Le bois a une grande capacité à absorber la chaleur et l’humidité et à les restituer. Par exemple, dans une maison, deux personnes vont émettre à peu près 40L d’eau par jour. Cette eau va être absorbée en partie par la VMC, par le fait d’aérer la pièce, et par les murs. Si votre maison est isolée avec de la fibre de bois, vous aurez moins d’humidité. Même chose avec la chaleur. Prenez un chauffage électrique. Deux heures après l’avoir coupé, vous avez un ressenti de froid. Avec de la fibre de bois, ce ressenti sera moins important puisque le matériau aura davantage conservé la chaleur. On peut donc chauffer moins longtemps et moins souvent pour conserver la température ambiante ». Une isolation tout à fait adapter à ceux qui souhaiteraient construire des maisons passives. Celles qui ne consomment pas d’énergie mais se servent de l’énergie extérieur pour être auto-suffisante.